Tel : 09 53 65 19 69
le blog du space planning
blog

blog (25)

lundi, 19 janvier 2015 10:30

Le marché locatif

Écrit par

termine 2014 sur un niveau de demande placée honorable avec plus de 2,1 millions de m². Le marché se redresse de 13%, grâce à un 4ème trimestre solide, tiré par le bon niveau d’activité des grandes transactions. Ce segment de marché, qui avait fait défaut l’an dernière, représente près de 40% des résultats locatifs de 2014 (62 transactions pour ~825 000 m²). Le segment des petites et moyennes surfaces ( < 1 000 m²) a lui aussi bien performé tandis que celui des surfaces intermédiaires (1 000 – 5 000 m²) est en très net repli.

Sources : JLL+Facilities.eu

vendredi, 19 décembre 2014 09:43

L'impact des activités humaines lié au secteur du bâtiment

Écrit par

L'ensemble des intervenants professionnels du bâtiment, qu'ils soient politiques, maires, grands décideurs, investisseurs, promoteurs, urbanistes, architectes, BET, majors du BTP, entrepreneurs & fabricants doivent avoir conscience des conséquences de leurs actes tout au long du process qui régit l'acte de construire. Petit état des lieux surprenant à travers quelques réalités édifiantes !

  • Déchets : chaque année, l'île de France produit environ 40 millions de tonnes selon la répartition suivante :
    • 12% de déchets issus de l'Industrie,
    • 14% de déchets ménagers,
    • 74% de déchets de chantier.
  • Déchets neufs : la construction d'un m3 de logements collectifs neufs génère :
    • 10,5 kg de déchets inertes en mélange,
    • 5,7 kg de déchets non dangereux en mélange,
    • 0,45 kg de métal,
    • 1,8 kg de plâtre,
    • 1,3 kg de bois,
    • 0,25 kg d'emballages.
  • Moquette : chaque année en France, 400 hectares de moquettes sont jetées. Cela correspond à la surface au sol du 7ème arrondissement de Paris.
  • Décharges : 95 installations de stockage de déchets inertes et de déchets non dangereux sont répartis en l'île de France, dont la moitié en Seine et Marne.
  • Flux : le bilan des matériaux de construction en île de France se composait en 2003 de :
    • 18,5 millions de tonnes d'importation,
    • 17 millions de tonnes d'extraction,
    • 11,5 millions de tonnes d'addition au stock,
    • 2,8 millions de tonnes au recyclage,
    • 6,8 millions de tonnes d'exportations,
    • 17,2 millions de tonnes de mise en décharge.
  • Métal : chaque année, près de 2 milliards de tonnes de métaux sont consommés dans le monde, soit l'équivalent de 20 tours Eiffel par heure.
  • Minerai : estimation des dates d'épuisement au rythme actuel de production et au regard des réserves exploitables connues à ce jour :
    • Argent : 2021
    • Or : 2025
    • Zinc : 2025
    • Plomb : 2030
    • Cuivre : 2039
    • Fer : 2087
  • Sable : il entre dans la fabrication du béton, du verre, des peintures, des détergents, des composants informatiques.......entre 75 et 90% des plages de la planète sont aujourd'hui menacées de disparition.
  • Granit : prix indicatif au m² selon la provenance :
    • Chine : 32€,
    • Espagne: 38€,
    • France : 42€.
  • Béton : sa consommation mondiale est de 7 milliards de m3/an, soit l'équivalent d'une piscine olympique toutes les 15 secondes.
  • Normes : plus de 9900 normes françaises et européennes concernent le Bâtiment. Cela correspond à l'équivalent d'un empilement de dossiers A4 sur une hauteur de 7m. Seul 1% de ces normes est d'application obligatoire.
  • Planète : au rythme actuel de consommation, en 2050, il faudrait 2 planètes et demi pour subvenir aux besoins de l'humanité.

 

jeudi, 11 décembre 2014 07:48

Les coûts de vos travaux d'aménagement

Écrit par

Le coût des principaux lots de vos travaux d'aménagement.

Travaux de rénovation

Lots architecturaux/informatique

300€ à 500€ /m²

Travaux lourds

Lots architecturaux et lots techniques

500€ à 1500 /m²
Mobilier (bureau, caisson, fauteuil, armoire) 1 300€ à 2500€/poste
Cloisonnement 70€ à 150€/m²

Le coût de vos travaux d'aménagement en détails.

Climatisation

200€ à 300€ /m²

Moquettes                                  

35€ à 50€ /m²
Courant fort 100€ à 150€/m²
Courant faible 310€ à 400€/m²

A cet ensemble s'ajoute les honoraires des différents maîtres d'oeuvres.

Architectes 8 à 12% du montant Ht des travaux
Bureaux d'études techniques 7 à 9% du montant des travaux techniques
SPS 2 à 12% du montant Ht des travaux

 

 

mercredi, 05 novembre 2014 10:06

Des bureaux en logements

Écrit par

L'Ile-de-France, c'est :

-45 millions de m² de bureaux occupés,

-8 millions de m² de bureaux vancants,

-dont 740 000 m² de bureaux considérés comme obsolètes.

Et si ces surfaces devenaient des logements !

jeudi, 18 septembre 2014 14:22

VP

Écrit par

Episode 1 : Entrée en matière

"Pour fabriquer une pile, il faut 50 fois plus d'énergie qu'elle n'en restitue".

Nous vous proposons d'aborder ce vaste sujet fondamental dans le développement futur de nos civilisations à travers une série d'articles que nous posterons régulièrement sur notre site internet. Il s'agit bien d'un enjeu mondial majeur. Mais tâchons déjà dans un 1er temps de le ramener à l'échelle humaine qui en est une partie de la cause. Il ne s'agit pas ici d'exposer un manifeste, mais de présenter, des plus simples au plus complexes, les mesures à mettre en oeuvre pour améliorer la situation actuelle. Mais aussi de démontrer les bénéfices financiers que chaque entreprise pourrait en tirer. Commençons tout d'abord par découvrir le contexte et les enjeux.

Contexte & enjeux

De nos jours, l'obsession d'être dans une démarche d'économie, de développement durable, de Grenelle de l'Environnement taraude l'ensemble des acteurs économiques. L'emprunte carbone des activités humaines est régulièrement mise en avant. L'appellation d'Or Bleu nous rappelle que l'eau n'est pas une source intarissable.

La consommation d'énergie n'est pas la seule incriminée. Les consommables et nos comportements de consommateurs sont autant de sujets sur lesquels il faut agir dans la durée. Nous devons passer de l'air du consommateur au "consomm'acteur" !
L'environnement de l'immobilier d'entreprise n'y échappe pas. Et les 1ers grands audits attestent de la grandeur de la tâche. Bien sûr, les immeubles construits il y a plusieurs décennies sont énergivores. Certes, l'intensité des programmes de rénovation d'un parc vieillissant, l'évolution des standards, des réglementations & les mises en conformité ont amélioré la situation. Les programmes d'immeubles neufs ont aussi renouvelé l'offre. Mais n'oublions pas qu'au-delà de ces grands investissements coûteux, se cachent un écosystème humain avec des pratiques qui ne demandent qu'à être corrigées ! Les personnels des entreprises y sont-ils systématiquement sensibilisé ? Mettent-ils en pratique les recommandations de nouveaux comportements ? Un immeuble vide dont les éclairages restent allumer toute la nuit est un spectacle désolant mais encore très courant.

Le sujet n'est pourtant pas s'y complexe si l'on décide de s'inscrire dans une démarche volontaire, qui doit tout d'abord s'ouvrir par une prise de conscience de chacun d'entre nous, puis s'appuyer sur une initiation pédagogique. Mais de quelles consommations énergétiques parlent-on ? Comment initier de nouvelles pratiques ? Quelle en serait alors la méthode ?

Avant toute chose, examinons le contexte global. 2 contextes sont identifiables lorsqu'une entreprise souhaite faire des économies d'énergie :
1.    celui du bon usage de ses locaux et de la sensibilisation du personnel > apport conjoncturel
2.    celui qui consiste à intégrer à l'occasion d'un projet d'aménagement les préconisations et prescriptions architecturales & techniques des futurs locaux > apport structurel
Quoi qu'il en soit, quel serait le mode opératoire commun à ces 2 contexte.

Plusieurs questions se posent :
•    Quelle est la situation de départ ? Quels seraient les objectifs à atteindre ?
Dans un premier temps, seul un audit fonctionnel et technique du contexte existant, de la situation de départ peut permettre de l'appréhender, de la mesurer.
•    Cette analyse permettra de connaître d'une part les consommations, l'état des infrastructures et des équipements en terme de vétusté et de performances.
•    L'intéressé identifiera ainsi les cibles à atteindre puisqu'il pourra comparer les résultats de son diagnostique avec les standards d'aujourd'hui.
Examinons quelle serait la démarche nécessaire. Sur quels critères, quels paramètres doit on-agir ?
Nous allons les décrire, au file de cette chronique, en allant du plus simple au plus complexe à mettre en oeuvre.

Acte 1 : Des mesures simples & immédiates

Tout d'abord, dans le 1er contexte, il y a des mesures simples qui peuvent être rapidement mises en place. Elles doivent impliquer dans le long terme l'ensemble du personnel de l'entreprise par une communication interne ciblée. Cette démarche collective doit être suivie & mesurée afin d'en identifier les bénéfices.

Ces réflexes citoyens sont les suivants :

  • Eteignez vos appareils électriques (ordinateur, imprimante, fax?) plutôt que de les mettre en veille.  

Et, mieux, éteignez-les, même lors d'une pause déjeuner ou d'une réunion. Si vous le pouvez, éteignez-les complètement : ces consommations apparemment minimes d'appareils en veille (5 à 15 watts par appareil) peuvent représenter jusqu'à 10% d'une facture d'électricité. D'ailleurs, en juillet dernier, les Etats membres de l'Union européenne ont adopté une proposition de règlement pour réduire graduellement la consommation en mode veille des appareils électriques, qui prendra effet dès 2010.

  • Débranchez certains appareils en cas d'absence prolongée.

Certains appareils consomment en effet même une fois éteints. Il faut donc les débrancher de la prise de courant, ou n'utiliser que des multiprises munies d'interrupteur, qui permettent de les débrancher en bloc. 

  • Soyez économe avec votre lampe de bureau.  
  • Privilégiez la lumière du jour lorsque cela est possible. Et lors des renouvellements de matériels de bureau, pourquoi ne pas opter pour des modèles de lampes de bureau dotées d'ampoules à économie d'énergie. Leurs avantages ? Elles consomment quatre à cinq fois moins d'électricité, elles dégagent peu de chaleur, et leur durée de vie oscille de 6 à 10 ans, comme l'explique sur cette page l'Agence régionale de l'environnement de Haute-Normandie. 
  • Investissez dans des ordinateurs plus écolos.

Equipez-vous d'ordinateurs dotés du label "Energy Star". Instauré par la Communauté européenne, ce label concerne les équipements informatiques (ordinateurs, imprimantes, scanner, photocopieuses...). Il garantit une consommation énergétique inférieure à la moyenne, que ce soit en mode "veille" ou en activité. La Communauté européenne diffuse d'ailleurs la liste complète des produits disposant du label Ernergy Star. A savoir également : les écrans en veille ne permettent pas de faire des économies d'énergie.  
Autre possibilité, équipez-vous d'ordinateurs portables. Pratiques pour vos salariés nomades, ils ont aussi pour avantage d'être beaucoup moins gourmands en énergie que les postes de travail fixes. 

  • Baissez le chauffage.

Baissez le chauffage de votre bureau, quitte à mettre un pull supplémentaire. D'après EDF, un degré supplémentaire augmente la facture d'électricité de 6% ! Et, faut-il le rappeler, s'habituer à des salles surchauffées rend plus sensible aux divers virus qui circulent, surtout en période de grand froid. 

  • Attention aux chargeurs de vos téléphones portables. Ils peuvent se révéler gourmands en énergie.

Pour connaître le degré de consommation énergétique de votre chargeur, et de votre portable, vous pouvez consulter la grille de mesure et de notation, créée en novembre dernier par les constructeurs Nokia, Samsung, LG, Sony, Ericsson et Motorola. Un système commun d'étoiles permet de classer les chargeurs suivant leur niveau de consommation. Quel que soit votre chargeur, n'oubliez pas de le débrancher du secteur une fois que votre téléphone mobile est chargé. Autre solution écolo, adoptez un chargeur solaire. Plusieurs fabricants vendent désormais des chargeurs universels pour téléphone mobile munis d'un mini-panneau solaire. Bien pratiques, ils sont fournis avec plusieurs adaptateurs, ce qui les rend compatibles avec les principales marques de téléphones du marché, mais aussi iPods, consoles Nintendo DS. 

Pour plus d'infos :

- Sur le site de l'Ademe : Entreprise/administration : se mettre au vert
- Calculette de consommation d'énergie à implémenter sur votre agrégateur Netvibes  
- Treize gestes écolos au bureau à adopter illico  
- Augmenter sa rentabilité en étant écolo, ça marche !  
- "Ecolo" au boulot : les salariés motivés !

 

lundi, 25 août 2014 09:03

Des chiffres

Écrit par

73% des salariés estiment être satisfaits de leur espace de travail.

Pour les salariés, l'open-space a un impacte positif sur la :

-performance. 73%,

-implication. 33%,

-motivation. 16%.

Pour 50% des salariés l'aménagement de l'espace de travail n'est pas une préoccuption

pour l'entreprise.

Source: MBA RH Dauphine.

 

 

 

 

Y a-t-il des plantes sur votre lieu de travail ? Des études révèlent que travailler sous les arbres rend plus performant. Selon une étude américaine de 2011 menée par l’université de l’Oregon, un environnement de travail connecté à la nature réduirait jusqu’à 10 % l’absentéisme. D'autres chercheurs ont constaté en Suède une réduction de 25 % des troubles mineurs : maux de tête, picotement des yeux, dessèchement de la peau grâce aux espaces verts. En effet, les plantes humidifient l’air et captent la poussière. Depuis quelques années, des sociétés sont spécialisées dans l’installation de plantes dans les bureaux, sous forme de murs végétaux, de plantes dans les espaces de convivialité, de cloisons végétales dans les open space. Des cloisons végétalisées mobiles permettent de réorganiser l’espace. Il n’y a plus de frontière entre l’intérieur et l’extérieur et l’on peut imaginer des espaces de réunions qui soient moins formels pour être plus efficace. Les sociétés qui proposent ce service s’occupent de tout, de l’arrosage et des traitements, même en version bio.

Parmi ces entreprises spécialisées dans l’aménagement paysager des espaces publics, il y a les Jardins de Gally qui aménagent aussi l’extérieur, quand l’entreprise a un bout de jardin ou une terrasse. Le paysagiste peut y installer des postes de travail et avec le wifi, on peut travailler dehors quand il fait beau. Le bureau « fertile » est leur nouveau concept d’espace de travail végétalisé. En plein dans la tendance de la nature en ville, l’entreprise spécialisée dans l’aménagement paysager des espaces publics assure qu’introduire la nature sur les lieux de travail permet de réduire l’absentéisme des salariés et d’accroître leur productivité. Convivialité, concentration, calme, les plantes participent à la dépollution de l’air et réduisent les nuisances atmosphériques, les espaces verts incitent à la marche, bénéfique sur le plan physique. Sur l’aspect santé mentale, le végétal a un effet rassurant.

Une nouvelle tendance, celle des corporate gardens, se développe de plus en plus sur les terrasses d’entreprise ou dans les open space. Des entreprises comme Peartrees ou Ciel mon radis ! conçoivent des jardins partagés d'intérieur ou des potagers d’entreprise pensés pour les entreprises dans le but de fédérer leurs employés. 

Source : actineo.fr

mercredi, 18 juin 2014 14:00

le space planning

Écrit par

 

Le space planning, les enjeux

Le space planning désigne l’ensemble des taches qui conduisent à installer une société sur un nouveau site ou à la redéployer sur un site existant. Ces taches vont de la programmation de vos besoins au déménagement de votre entreprise et passant par l’architecture intérieure et les phases de travaux.

Le space planning, au début des années 90 avait pour but essentiel la réduction des m² de bureaux, en conduisant les salariés à passer d’un bureau fermé à un espace ouvert, ce n’est plus exactement le cas aujourd’hui. Si la tendance reste d’augmenter le nombre de personnes en « espace ouvert » pour gagner sur le ratio utilisateurs/m², on s’aperçoit que ces m² gagnés permettent d’augmenter le nombre de salles de réunions, de box, et même de cafétéria. Le gain de surface est donc affecté à la création de point de rencontre et ainsi permet d’améliorer la communication directe au sein de l’entreprise. Il n’y a donc pas réellement d’économie en termes de surfaces, mais une étude de space planning augmente la qualité des espaces travaillés.

C’est le cout élevé des loyers en Ile-de-France qui a incité les entreprises à faire appel à des spécialistes. Pourtant, le travail du space planner se diffuse dans les grandes métropoles régionales, mais pour d’autres raisons. Les décisionnaires sont conscients qu’un cadre de travail agréable, adapté, réfléchi est indispensable aux salariés. On peut même ajouter que la réalisation d’espace de qualités est une technique de management.

 

jeudi, 05 juin 2014 16:45

le déménagement d'entreprise en chiffres

Écrit par

Que iXref soit votre maître d’œuvre dans la conception/réalisation de vos travaux d’aménagement ou de space planning ou que vous recherchiez un spécialiste pour le déménagement de votre société, iXret peut vous accompagner en tant que AMO (assistance à la maîtrise d’ouvrage) dans cette spécialité.

Ratios moyens de déménagement d'entreprise

accès facile avec ascenseur : 9 à 10 m3 par homme et par jour,

accès difficile (départ ou arrivée) : 8 m3 par homme et par jour,

accès difficile (départ et arrivée : escalier, monte-meubles, ou distance entre accès et véhicule supérieure à 150 mètres) : 6 m3 par homme et par jour.

 Equivalences volumétriques

10 cartons = 1 m3
1 bureau standard = 1 m3
1 bureau + retour standard = 1,5 m3
1 armoire vide = 1 m3
1 étagère = 1 m3
1 armoire basse vide = 0,5 m3
1 meuble bas vide = 0,5 m3
1 caisson vide = 0,2 m3
1 fauteuil = 0,2 m3
1 chaise = 0,1 m3
3 PC (avec carton informatique) = 1 m3
1 table informatique = 0,5 m3
1 petite table de réunion = 1 m3
1 porte manteau = 0,15 m3

Prix moyens

transfert 1 poste de travail à moins de 35km (bureau, armoire, meuble bas, 3 sièges, poste informatique et téléphone) : entre 110 et 180 €,

Même prestation avec l'emballage des dossiers : 200 à 250 €,

Emballage/déballage des documents : 5 à 10 € le mètre linéaire (1 mètre linéaire = environ 35 kg et 1/5 d'armoire),

Inventaire du mobilier : 80 à 100 € par poste,

Déconnexion / reconnexion informatique : 20 € par poste,                                     

Tarif week-end : + 40 % le samedi | + 100 % le dimanche et les jours fériés.

 

Page 2 sur 2
Un projet : contactez-nous !

Nous retrouver

iXref : une société d’architecture

Elle est spécialisée en aménagement de bureaux et en space planning, inscrite au tableau de l'ordre des architectes d’Ile-de-France sous le numéro S16474, assurée à la Mutuelle des Architectes Français. À ce titre, vous  profitez de notre expertise, mais aussi des garanties qu’offre le recours à des Architectes. Nous sommes Maîtres d’Œuvre de conception et de réalisation de vos ouvrages. Nous intervenons dans les projets d'aménagement d'entreprises dès les phases d'études, en passant par les opérations de maîtrise d'œuvre, d'aménagement intérieur, jusqu’à la gestion des déménagements.

iXref n'est lié à aucune structure immobilière et apporte conseil et expertise en toute indépendance.

Nous pilotons l'ensemble des phases opérationnelles en fournissant une assistance à l'aménagement des espaces de bureaux.

Actualités

Building Information Modeling.

De l'esquisse au DCE : un projet entièrement conçu en BIM.

Life On Arch.

iXref s'associe avec JMV architecture pour répondre à l'ensemble de vos besoins

Mieux vous connaitre.

Répondez à nos questionnaires en lignes

Pour les utilisateurs

Pour les maîtres d'ouvrage